Study on circus audiences

                      In France the variety of circus shows has increased during the last 30 years. Next to the so called “classical” circus, entertainment shows produced essentially under the big top, nowadays we find so called contemporary circus productions that combine the physical performance with an artistic ambition. These productions are today an integral part of the cultural program of cultural venues; the big top is no longer the preferred venue for the display of circus shows (David, 2006). Despite this change in landscape and the existence of numerous publications about cultural audiences in France, only few have dealt with circus audiences in particular. While in Europe the contemporary circus sector has equally developed, few works in the field of social science have shown interest in this particular field. In a mediation attempt a number of professionals are dedicated to a deeper understanding of circus audiences (Territoires de cirque, 2008). This is also the case of the four institutions that coordinate the project Circus Work Ahead! : CIRCa in Auch (FR), Cirqueon in Prague (CZ), Les Halles de Schaerbeck in Brussels (BE) and KØBENHAVNS INTERNATIONALE TEATER in Copenhagen (DK).

  The study on circus audiences in the framework of Circus Work Ahead! approaches audiences with little experience with contemporary forms of circus based on surveys carried out in the context of the cultural program of the above mentioned European institutions. 

The main approach is a quantitative one and consists of deriving the profiles of contemporary circus audiences and their cultural practices on the basis of questionnaires handed out at specific shows of young contemporary circus companies chosen by the four institutions. This approach contributes at one hand to the continuity of research on cultural consumption (Lahire, 2009) of the French, carried out by the French Ministry of culture and at the other hand to the research developed by the Espace Chapiteau de la Vilette between 1996 and 2000, that relates socio-demographic characteristics of the audience and their cultural representation and cultural practices in regard to performing arts[1].

In exploring the audience´s relation to circus, the project aims to both, verify whether there is such thing as a “circus audiences”, and to situate the circus spectator among spectators of other performing arts, on the basis of previously cited research. Another aim of this study is to question the image of the circus audience as “socially diverse”. This approach allows gaining more insight into the cultural practices of circus spectators (frequency, sociability associated to this activity, kind of access…).

Furthermore, given the diversity of the four researched venues, the hypotheses of a diversity of circus audiences in relation to territories, the role of circus in the cultural landscape, its history and degree of structuring, but also in relation to the offered program (kind of show) and the strategies employed by the curators, can be assumed. Research on circus audiences carried out by La Villette has indeed shown that each show and company (depending on their reputation) attracts different types of audiences, e.g. families or not (Lévy, 2001).

Even if it seems difficult to deploy a comparative perspective, this study puts in perspective the findings of the four territories and attempts the differentiation of audiences. In order to successfully conduct this study, it is important to take into account the specific cultural contexts and the dominant representations associated with circus in each of the territories, all while questioning these.

Another aspect of this research is to qualify the experienced perceptions of contemporary circus by the audience, in a more qualitative (Interviews with the spectators) manner. Finally, based on a documentary analysis and interviews with professionals, the study aims to understand the way in which the circus audiences are approached by the professionals themselves (responsible person of the institution or of the public relations department) and how this approach contributes to the “production” of circus audiences (e.g. through cultural programming and communication). The study, which can be understood as exploratory, therefore wants to create information on the consumption and reception of forms of contemporary circus on these four territories with regard to the mediation practices that have been developed (Heinrich, 2009).

Emilie SALAMERO, coordinator of the study on circus audiences undertaken in the framework of Circus Work Ahead!, is lecturer at the University of Poitiers and member of the CEREGE laboratory (EA 1722). Since 2009 she holds a PhD for her research on professional circus education in circus schools. Her work focusses on the effects of the Cultural Ministry’s cultural politics on the circus sector (Salaméro, 2009; Salaméro & Haschar-Noé, 2012), on the process of professionalization of the circus artist’s profession (Salaméro & Haschar-Noé, 2008; Salaméro, 2009), as well as on the different models of professional socialization offered by professional circus schools (Salaméro & Haschar-Noé, 2011; Cordier & Salaméro, 2012). She equally participates in the research program Audiences and cultural practices, which is directed by Senior lecturer S. Girel in the framework of Marseille-Provence 2013. In the same context she co-organized a workshop on circus audiences and their evolution in cooperation with M. Cordier, M. Sizorn, C. Spinelli and E. Zanzu on November 26 in Marseille. She furthermore coordinates, together with M. Cordier and M. Sizorn, a circus scholar network that was created in cooperation with HorsLesMurs. She is also guest lecturer for the development of dance and circus projects at the University of Toulouse 2 – Le Mirail.


 * The French Ministry of Culture was the first one (1993) to show an interest in circus audiences. A study on the prospective and statistics of the Ministry of Culture, carried out in 1992 by J.M. Guy, research engineer of the research department, allowed to derive two logics of frequentation of circus shows, in relation to the two circus genres previously mentioned. Yet these first elements didn’t lead to deeper research. In contrary, recent data (Donnat, 2008) examines the circus audience in general, even if this appears, to the public decision makers and the professionals, to favor a certain social diversity. Other research carried out by L´espace Chapiteau de La Villette allowed for socially characterizing the audience of this venue as well as their motivations, both of these elements being specific to each circus show offered (Lévy, 2001).

 

 

L'enquete sur les publics du cirque / French version

      En France, la diffusion de spectacles de cirque s’est fortement enrichie depuis une trentaine d’années. A côté du cirque dit « classique », spectacle de divertissement produit essentiellement sous chapiteau, on trouve désormais des spectacles de cirque dit « contemporain », mêlant prouesse physique et propos artistique. Certains de ces spectacles font aujourd’hui partie intégrante de la programmation de salles culturelles ; les chapiteaux ne constituant plus le lieu privilégié de diffusion des spectacles de cirque (David, 2006). Malgré ce changement de paysage et l’existence de nombreuses études sur la fréquentation culturelle en France, peu d’études se sont intéressées spécifiquement au(x) public(s) du cirque, si bien que celui-ci reste mal connu. En Europe également, les formes contemporaines de cirque se sont développées mais peu de travaux en sciences sociales s’intéressent également à ce secteur, ou de façon très récente. Un certain nombre de professionnels ont émis la volonté de mieux connaître le(s) public(s) du cirque, dans une optique de médiation (Territoires de cirque, 2008). C’est également le cas des quatre structures qui pilotent le projet Circus Work Ahead ! : CIRCa à Auch (FR), Cirqueon à Prague (CZ), Les Halles de Schaerbeek à Bruxelles (BE) et Københavns Internationale Teater, Copenhague (DK).

    L’enquête sur les publics du cirque dans le cadre de Circus Work Ahead propose d’approcher les publics de formes contemporaines de cirque, à partir d’enquêtes menées dans le cadre de la diffusion culturelle de quatre structures européennes, notamment auprès de publics à priori peu habitués aux formes contemporaines de cirque.

     L’approche principale, de nature quantitative, consiste à dégager les profils des publics de formes contemporaines de cirque et leurs pratiques culturelles, à partir de questionnaires qui seront administrés aux spectateurs assistant à des programmations spécifiques – spectacles de jeunes compagnies européennes choisis par les quatre structures. Cette démarche s’inscrit d’une part, dans la continuité des enquêtes sur les consommations culturelles (Lahire, 2009) des Français réalisées par le ministère de la culture en France et, d’autre part, de celles développées par l’Espace Chapiteau de la Villette entre 1996 et 2000, qui mettent en relation les caractéristiques socio-démographiques des spectateurs, leurs représentations et pratiques culturelles, notamment en matière de spectacles vivants* .

      Dans le cadre de ce projet, il s’agit à la fois de vérifier qu’il est possible de parler de « public(s) » du cirque en explorant le rapport des spectateurs interrogés au cirque et de situer ces spectateurs et leur(s) sortie(s) parmi l’ensemble des spectateurs de spectacles vivants, notamment à partir des enquêtes précédemment citées. En se faisant, il s’agit également d’interroger l’image du public du cirque, perçu comme socialement mixte. Cette démarche permet également de renseigner la manière dont est envisagée la sortie cirque (régularité, sociabilité associée à la sortie, mode d’accès…) par ces publics.

     Par ailleurs, étant donné la diversité des lieux enquêtés, l’hypothèse d’une diversité des publics du cirque, en fonction des territoires, de la place occupée par le cirque dans le paysage culturel, son histoire et son degré de structuration, mais aussi en fonction de la programmation proposée (type de spectacles) et les stratégies déployées par les programmateurs, peut être avancée. Les enquêtes réalisées à La Villette sur les publics du cirque ont en effet montré que chaque spectacle et compagnie (en fonction de sa renommée), attirait un type de spectateurs et un mode de sortie particuliers, familial ou non (Lévy, 2001).

    Si une perspective comparative paraît difficile à mettre en œuvre, l’étude se propose de mettre en perspective les données récoltées sur les quatre territoires et la différenciation des publics. Pour mener à bien cette étude, il convient de tenir compte des spécificités des contextes culturels et des représentations dominantes associées au cirque dans chaque territoire, que l’enquête compte également interroger.

Un autre axe de l’enquête consiste à qualifier les expériences de réception de formes contemporaines de cirque par les spectateurs, grâce à une approche plus qualitative (réalisation d’entretiens auprès de spectateurs). Enfin, grâce à une analyse documentaire et des entretiens auprès des professionnels, l’étude vise à comprendre la manière dont les publics du cirque sont abordés par les professionnels eux-mêmes (responsables de structures et/ou responsables de communication) et comment cette approche participe à la « fabrication » des publics du cirque, tant dans les choix de programmation que dans les modes de communication et d’accueil des publics. L’étude, que l’on peut qualifier d’exploratoire sur les publics de formes contemporaines de cirque, entend donc renseigner la consommation et la réception de formes contemporaines de cirque sur ces quatre territoires, au regard notamment des pratiques de médiation développées (Heinich, 2009)

Emilie Salaméro, coordinatrice de l’enquête sur les publics du cirque dans le cadre du projet Circus Work Ahead !, est maître de conférences à l’Université de Poitiers et membre du laboratoire CEREGE (EA 1722). Elle est titulaire depuis 2009 d’un doctorat sur l’apprentissage du métier d’artiste de cirque en écoles professionnelles. Ses travaux s’intéressent à la politique culturelle du ministère de la Culture envers le cirque et ses effets sur le secteur (Salaméro, 2009 ; Salaméro & Haschar-Noé, 2012), au processus de professionnalisation du métier d’artiste de cirque (Salaméro & Haschar-Noé, 2008 ; Salaméro, 2009), ainsi qu’aux modèles de socialisation professionnelle proposés par les écoles professionnelles (Salaméro & Haschar-Noé, 2011 ; Cordier & Salaméro, 2012). Elle participe également à un programme de recherche « Publics et pratiques culturelles » Marseille-Provence 2013, dirigé par S. Girel, maître de conférences HDR. Dans ce cadre, elle a co-organisé avec M. Cordier, M. Sizorn, C. Spinelli et E. Zanzu, une journée d’études sur « Les Publics du cirque : quelles évolutions ? » le 26 novembre 2013 à Marseille. Elle anime également le réseau de chercheurs sur le cirque avec M. Cordier et M. Sizorn, en partenariat avec Horslesmurs et intervient auprès de la licence professionnelle « développement de projets en danse et en cirque » de l’université Toulouse 2 – Le Mirail.


*Le ministère de la Culture français a été le premier (1993) à s’intéresser au public du cirque. L’étude conduite en 1992 par J.M. Guy, ingénieur de recherche au département des Etudes, de la Prospective et des Statistiques du Ministère de la Culture, avait permis de noter deux logiques de fréquentation des spectacles de cirque, en fonction des deux genres précédemment évoqués. Ces premiers éléments n’ont pas donné lieu à des travaux d’approfondissement. Au contraire, les données les plus récentes (Donnat, 2008) étudient le public du cirque en général, si bien que celui-ci apparaît, pour les décideurs publics et pour les professionnels, comme favorisant une certaine mixité sociale. D’autres enquêtes, menées par l’espace Chapiteau de la Villette, ont permis de caractériser socialement les publics de cet espace ainsi que leurs motivations, ces deux éléments étant spécifiques à chaque spectacle de cirque proposé (Lévy, 2001).

EU Culture
Copyright © 2019 [CIRCUS] WORK AHEAD!